"Qu'a donné l'ouverture du train à la concurrence chez nos voisins ?"

Vincent Grimault
Alternatives Economiques n° 379 - mai 2018

L'ouverture à la concurrence prend plusieurs formes et a des effets contrastés. Mais l'essentiel est ailleurs.

Le ferroviaire constitue ce que les économistes appellent un "monopole naturel".
Aucune entreprise n'a intérêt à construire sa propre ligne à côté d'une ligne existante pour y faire circuler ses trains.
Il existe donc partout en Europe une autorité publique responsable de l'infrastructure.
En ce qui concerne les trains, deux modes de "concurrence" sont possibles.
Le premier est dit "sur le marché" (ou "open access") et concerne les lignes sans obligation de service public.
Plusieurs entreprises sont alors en concurrence sur une même ligne, comme en Italie sur celles à grande vitesse.
L'arrivée de NTV, principal concurrent de l'opérateur historique Trenitalia, a permis d'augmenter l'offre et la fréquentation, et de faire baisser les prix.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/"Qu'a donné l'ouverture du train à la concurrence chez nos voisins ?" ( n°379 )