1944 : les trains de la honte de Staline

Charles Urjewicz, Historien, Inalco (Institut national des langues orientales)
Alternatives Internationales n° 025 - juin 2005

La déportation massive de plus de 400 000 Tchétchènes et Ingouches, accusés collectivement de collaboration avec les nazis, est un des épisodes les plus noirs de la période stalinienne. Cette politique explique, en partie, la brutalité de Poutine en Tchétchénie.

Le 17 février 1944, Lavrenti Beria adresse un télégramme nourri de statistiques à Staline.
Le tristement célèbre commissaire aux Affaires intérieures soviétiques prépare la déportation des "459486 Tchétchènes et Ingouches" résidant dans la région du Caucase nord.
Pour quel crime?
Ces populations sont collectivement accusées de "collaboration avec l'ennemi fasciste".
A l'été 1942 et au début de 1943, les troupes nazies ont occupé une partie de la région.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/1944 : les trains de la honte de Staline ( n°025 )