Retour au dictionnaire



Etat

Ensemble des organismes publics chargés, par la représentation nationale, d'exercer le pouvoir, au sein d'une société déterminée, dans les limites fixées par la loi (lorsqu'il s'agit d'un Etat de droit), et de représenter l'ensemble de la nation à l'extérieur des frontières.

 

Commentaire:
Selon Max Weber, l'Etat exerce le monopole de la violence légale. Tout le problème est de savoir qui attribue ce pouvoir, et quelles en sont les limites. Dans les démocraties, la réponse à cette double question est que c'est le peuple, via ses représentants, qui décide de l'ampleur des fonctions exercées par l'Etat et qui veille à ce que les organismes ou les personnes qui en sont chargées n'outrepassent pas leurs droits: d'où l'importance de la séparation des pouvoirs entre le législatif (qui fixe les règles), l'exécutif (qui les met en application) et le judiciaire (qui veille à ce qu'elles ne soient ni violées ni outrepassées). Dans les sociétés non démocratiques, en revanche, c'est le plus fort qui impose ses règles, ce qui établit une distinction très nette entre un Etat de droit –dans lequel les règles sont connues à l'avance, et où chacun peut se prévaloir de ces règles pour empêcher que l'Etat n'empiète sur ses droits– et les Etats arbitraires où les règles, ou la façon dont elles sont appliquées, dépendent de ceux qui sont au pouvoir.
Lorsque la structure politique est fédérale, un partage du pouvoir, déterminé par la Constitution, c'est-à-dire le texte fondateur, s'effectue entre les domaines de compétence qui sont du ressort de l'Etat fédéral (central) et ceux qui sont du ressort des Etats fédérés. Dans une Confédération, ce partage est soumis à la volonté des Etats confédérés, qui peuvent le modifier s'ils le souhaitent. Le siège du pouvoir demeure donc, dans ce cas, les Etats confédérés, tandis que l'Etat confédéral n'a d'existence que par délégation de pouvoir.



Date de mise à jour : 22/01/2010




Dictionnaire/Accueil