Retour au dictionnaire



Eurodollar

Prêts ou emprunts en dollars effectués par des organismes en dehors du territoire américain.

 

Commentaire:
Le terme serait né dans les années1950 à l'initiative de la Banque de l'Europe du Nord (d'où le terme euro...), organisme bancaire représentant officieusement l'Union soviétique dans les pays occidentaux. L'URSS, en effet, avait besoin de dollars pour acheter des produits sur les marchés internationaux, mais il lui était difficile de demander des crédits officiels. Ce fut donc cette banque qui emprunta des dollars, lesquels lui furent versés sur des comptes ouverts à Londres et à Paris, dans ses succursales. D'où cette curiosité: une banque située à Paris pouvait gérer des comptes libellés en dollars.
La curiosité fit des émules: le dollar étant une monnaie universelle, il était plus commode d'emprunter et de rembourser en dollars. Toutes les banques se mirent donc à ouvrir des comptes libellés en dollars. Ces dollars étaient empruntés par elles auprès d'établissements bancaires américains, puis inscrits au compte des bénéficiaires, à Paris, Londres ou Tokyo. Lesquels, en payant avec ces dollars des factures libellées en dollars, évitaient des frais de change. Sans doute aurait-il été plus rationnel que les emprunteurs en dollars ouvrent des comptes dans des banques américaines. Mais la législation sur les changes les en empêchait souvent. C'est pourquoi il était finalement plus facile, pour une société française, par exemple, d'ouvrir un compte libellé en dollars à Paris, et d'emprunter un certain montant de dollars qui était mis à sa disposition sur ce compte. Plus généralement, on vit apparaître des eurodevises, terme désignant des comptes ouverts en marks, livres sterling, etc., dans des pays dontla monnaie officielle était autre.
Le marché des eurodollars s'envola en 1967 lorsque les Etats-Unis, à leur tour, mirent un frein à la sortie des dollars du territoire national, de manière à empêcher que ces dollars ne risquent d'atterrir dans les comptes d'une banque centrale, laquelle avait la possibilité, aux termes des accords de Bretton Woods, d'en demander la conversion en or. Les banques américaines, limitées dans leurs sorties de capitaux, se mirent à leur tour à emprunter sur le marché de l'eurodollar, pour approvisionner en billets verts leurs établissements situés à l'étranger, et fortement sollicités pour accorder des prêts en eurodollars.
La disparition du contrôle des changes dans les grandes places financières a sonné le glas de cette curiosité monétaire. Mais le dollar étant la monnaie la plus utilisée dans les échanges (commerciaux ou financiers) mondiaux, la plupart des organismes bancaires cherchent à en emprunter ou à en placer, selon qu'ils disposent ou non d'avoirs liquides libellés en dollars. Il existe donc un euromarché entre banques, sur lequel on se prête ou on s'emprunte, pour quelques jours, des sommes très importantes (de l'ordre du million de dollars au moins).



Date de mise à jour : 22/01/2010




Dictionnaire/Accueil