Retour au dictionnaire



Intermédiation

Dans un système financier, désigne le fait que les emprunteurs qui éprouvent un besoin de financements'adressent majoritairement au système bancaire, qui est de ce fait l'intermédiaire normal de financement, collectant l'épargne de ceux qui disposent de capacités de financementd'une main, la prêtant d'une autre.

 

Commentaire:
Alors que l'intermédiation bancaire était la norme en France jusque dans les années 1980, on a vu depuis cette date un très important essor des marchés financiers, lesquels permettent une désintermédiation, puisque les emprunteurs peuvent plus facilement emprunter directement auprès d'épargnants et, surtout, que les entreprises qui ont des besoins de financement peuvent désormais émettre plus facilement des actions plutôt que d'emprunter. La désintermédiation est au fond une sorte de circuit direct entre emprunteurs et prêteurs, alors que l'intermédiation suppose un passage par une banque, qui collecte des ressources auprès de certains (dépôts à terme, bons de caisse, produits financiers divers) pour prêter à d'autres. Comme toujours, l'existence d'un intermédiaire a un coût: d'où l'avantage de la désintermédiation, qui se traduit par une réduction du coût du financement pour les emprunteurs (et, éventuellement, par un rendement plus élevé pour le prêteur). Mais l'intermédiation bancaire permet une mutualisation du risque: la banque assume ce risque, et garantit à ses prêteurs une rémunération plus faible, mais sûre. Au contraire, avec la désintermédiation, c'est le prêteur qui assume directement le risque. Et comme des risques excessifs ont été pris, provoquant la crise de 2008, un mouvement de réintermédiation est actuellement en cours.



Date de mise à jour : 22/01/2010




Dictionnaire/Accueil