Âges : un coup de vieux, et alors ?

Louis Maurin
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

Les moins de 20 ans représentaient un tiers de la population en 1968.
Cinquante ans plus tard, leur proportion s'est réduite à un quart, autant que les plus de 60 ans, qui formaient moins de 20 % du total en 1968.
En cinq décennies, la population a pris un coup de vieux, comme en témoigne la progression de l'âge moyen, passé de 35 à 41 ans.
Parallèlement, on a vu apparaître les concepts de "troisième âge" et de "quatrième âge" pour distinguer, au sein des personnes âgées, ceux qui ne travaillent plus et les plus dépendants.
On a ensuite commencé à parler de "seniors" et les commerçants de la société de consommation y ont trouvé la source d'un nouveau marché (la "silver économie") avec des biens et des services spécifiques, des loisirs adaptés, une presse dédiée, etc.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Âges : un coup de vieux, et alors ? ( n°378 )