Amérique latine : Bolivar, grandeur et échec d'un héros

Frédérique Langue, Historienne, chercheur au CNRS.
Alternatives Internationales n° 018 - novembre 2004

Après avoir affranchi l'Amérique latine du joug espagnol, il échoue dans son projet politique: l'unité des pays libérés. Pour ce nationaliste, République rime avec pouvoir fort. Une conception qui marquera toute l'histoire du continent.

Plus qu'un homme, c'est un mythe.
Mort dans l'indifférence de ses contemporains, l'homme qui libéra le Venezuela, la Colombie, l'Equateur, la Bolivie et le Pérou du joug colonial espagnol est devenu une icône dans l'imaginaire latino-américain.
Mais c'est au Venezuela que l'"héroïsation" de Bolívar est la plus forte.
Le transfert des cendres du Libertador au Panthéon en 1876 fut le point de départ d'une véritable religion civique.
Le "bolivarisme" du président Hugo Chávez n'est donc pas nouveau, mais il en démultiplie à outrance la symbolique: depuis 1999, le pays a adopté le nom de "République bolivarienne du Venezuela",l'un des premiers programmes sociaux du gouvernement fut baptisé "plan Bolívar 2000".

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Amérique latine : Bolivar, grandeur et échec d'un héros ( n°018 )