Bernard Mandeville, vices privés et vertus publiques

Gilles Dostaler
Alternatives Economiques Poche n° 057 - octobre 2012
Pour aller plus loin
À lire également
couverture
Le libéralisme en crise
couverture
L'histoire de la pensée économique
couverture
L'économie de A à Z

Surtout connu pour sa Fable des abeilles, Bernard Mandeville est considéré comme un précurseur du laisser-faire. Mais il a influencé des auteurs aussi différents que Marx, Keynes ou Hayek.

Bernard Mandeville fut l'un des écrivains les plus lus et les plus violemment critiqués de son temps.
Sa langue maternelle était le néerlandais, mais il écrivit en latin et en français avant d'apprendre l'anglais, dont il acquit rapidement une grande maîtrise, qu'il manifesta dans des poèmes, des écrits en forme de dialogues, des satires et des essais.
Mais cet écrivain était d'abord médecin, métier dans lequel son père, son grand-père et son arrière-grand-père s'étaient illustrés.
Il était spécialiste des maladies de l'estomac et des maladies nerveuses, pratiquant jusqu'à sa mort ce qu'on appellera plus tard la psychiatrie.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Bernard Mandeville, vices privés et vertus publiques ( n°057 )