Canal de Suez : la guerre financière derrière la crise

Christian Chavagneux
Alternatives Economiques n° 251 - octobre 2006

Il y a cinquante ans, Nasser nationalisait la Compagnie universelle du canal maritime de Suez. Le bras de fer qui s'engage alors entre l'Egypte, la France et le Royaume-Uni met la livre sterling sous pression.

Le 26 juillet 1956, Gamal Abdel Nasser, président de l'Egypte, annonce dans un discours public la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez et… part d'un énorme éclat de rire qui fait le tour des radios du monde entier.
En représailles, les troupes israéliennes attaquent l'Egypte le 29 octobre, suivies le 5 novembre par les Parachutistes britanniques et français, bien décidés à reprendre le canal en main, mais qui acceptent le cessez-le-feu demandé par les Nations unies dès le 6 novembre, avant d'engager le retrait de leurs troupes un mois plus tard.
Une étrange défaite, au regard des rapports de force militaires en présence, pour laquelle le Trésor américain, les grandes compagnies pétrolières et les marchés financiers ont été déterminants.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Canal de Suez : la guerre financière derrière la crise ( n°251 )