Comment les labos s'immiscent dans les facs de médecine

Rozenn Le Saint
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

Les industriels du médicament exercent un fort lobbying auprès des étudiants et des doyens des facultés de médecine en France. Une pratique de plus en plus décriée.

A la faculté de médecine Lyon Sud-Charles Mérieux, l'un des amphithéâtres est baptisé "Boiron", du nom du laboratoire pharmaceutique qui l'a financé.
Christian Boiron, son directeur général, est d'ailleurs membre du conseil de la faculté.
Il donne aussi le cours dédié à l'homéopathie.
Cette porosité entre labos pharmaceutiques, enseignants universitaires et praticiens est si courante qu'elle est devenue invisible et constitue une part intégrante de la stratégie de lobbying des industriels du médicament.
Les labos s'immiscent dans les amphis et sur l'estrade des facs de médecine avec notamment pour objectif d'influencer les futures prescriptions des médecins de demain.
L'industrie du médicament vise aussi le personnel enseignant et notamment les doyens des facultés de médecine.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Comment les labos s'immiscent dans les facs de médecine ( n°375 )