Communiquer sur la RSE : le coût de la tartuferie

Entretien avec Karim Mignonac,
Propos recueillis par Justin Delépine
Alternatives Economiques n° 374 - décembre 2017

Professeur de management, Karim Mignonac travaille sur le décalage entre l'image d'une entreprise et ce que vivent les salariés en interne.

Pour une entreprise, discourir sur sa politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) sans la traduire en actes peut avoir des conséquences négatives en interne.
C'est ce qu'explique Karim Mignonac, professeur en management à l'université Toulouse I Capitole, TSM Research-CNRS, auteur d'une étude sur le sujet [1].
Comment réagissent les salariés qui constatent un décalage entre la communication sur la RSE de leur entreprise et ce qu'ils vivent ?
Un des effets d'une politique de RSE est le sentiment d'appartenance, voire d'identification que peut ressentir le salarié envers l'entreprise.
Mais lorsque celle-ci est prise en défaut sur la réalité de ses engagements RSE, c'est justement ce sentiment d'appartenance qui est déstabilisé, si ce n'est profondément altéré.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Communiquer sur la RSE : le coût de la tartuferie ( n°374 )