Crise mexicaine de 1982 : comment le FMI a fait payer les banques

Jérôme Sgard, directeur de recherche au Ceri Sciences-Po
Alternatives Economiques n° 301 - avril 2011
À lire également
couverture
La finance
couverture
Crises financières : les leçons de l'histoire
couverture
Monnaies, commerce : la gouvernance mondiale en échec

En 1982, le FMI a obligé les banques à prendre à leur charge plus de la moitié du plan de sauvetage mexicain. Aujourd'hui, ce sont les contribuables qui paient…

La crise des dettes souveraines en Europe a rappelé une nouvelle fois que face à une crise financière, il est très difficile de contraindre les investisseurs à des comportements raisonnablement constructifs.
S'ils le peuvent, ils préféreront éviter toute contribution à une solution raisonnée, quelles que soient leurs responsabilités dans l'affaire.
Qui plus est, depuis la chute de Lehman Brothers en septembre 2008, ils savent que les grands gestionnaires de crise, de Washington à Francfort, chercheront toujours à secourir une grande banque en perdition, dès lors que sa chute menace le système financier international.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Crise mexicaine de 1982 : comment le FMI a fait payer les banques ( n°301 )