Dans les usines, un si long Mai 68

Hervé Nathan, Journaliste à Marianne
Alternatives Economiques n° 379 - mai 2018

Au-delà du mouvement estudiantin, la particularité de Mai 68 en France réside dans l'ampleur et la durée de la contestation sociale dans les entreprises.

Cinquantième anniversaire oblige, en images, en paroles, en textes, en photos, les médias déversent leurs récits des événements de mai 1968.
Très peu [1] s'appesantissent sur la date du 11 juin.
Ce jour-là, deux ouvriers décédaient dans l'usine Peugeot de Sochaux, près de Montbéliard (Doubs) : Pierre Beylot, d'une balle tirée par un gendarme mobile ; Henri Blanchet, d'une chute mortelle provoquée par une grenade lancée elle aussi par les gendarmes.
On relevait aussi 150 blessés, dont deux estropiés.
La veille, le 10 juin, un jeune lycéen parisien nommé Gilles Tautin mourait noyé dans la Seine lors des affrontements avec les CRS autour de l'usine Renault de Flins (Yvelines).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Dans les usines, un si long Mai 68 ( n°379 )