Des coursiers à vélo en quête d'alternatives

Céline Mouzon et Clément Pouré
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Pour mettre un terme à leur dépendance vis-à-vis des grandes plates-formes de livraison, des coursiers à vélo s'associent, avec pour objectif de créer des coopératives.

J'ai rapidement compris que travailler pour les grandes plates-formes rendait précaire", témoigne Christophe Le Bail, livreur à vélo à Nantes.
Comme d'autres à Toulouse, Bordeaux, Paris ou Lyon, il a décidé de créer son entreprise de livraison, en l'occurrence Coursiers nantais.
Et de tourner le dos à Foodora, Deliveroo, Uber Eats…, ces plates-formes qui dominent le marché de la livraison de nourriture à domicile, bataillant sur les prix à coups de réduction des tarifs des livreurs, des auto-entrepreneurs payés à la course.
Un peu partout en France, des associations de coursiers se sont créées ces derniers mois.
La plupart existent sous forme d'associations, mais l'objectif est d'en faire des coopératives.
A Lyon, la SAS Fends La Bise !

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Des coursiers à vélo en quête d'alternatives ( n°380 )