École : une massification spectaculaire mais inachevée

Xavier Molénat
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

En 1968, 19,6 % d'une génération obtenaient le baccalauréat.
En 2014, cette proportion atteignait 78,3 %.
Ces deux repères suffisent à mesurer l'ampleur des bouleversements qu'a connus le système scolaire sur la période.
Ce phénomène de massification, comme on l'appelle, a en fait démarré une dizaine d'années avant 1968.
La réforme Berthoin de 1959 met fin à l'examen d'entrée en sixième (remplacé par une admission sur dossier) ; elle acte également l'allongement de la durée de la scolarité de 14 à 16 ans à partir de 1967.
Le but officiel est de diversifier les élites.
Mais cette ouverture progressive de l'enseignement secondaire à toutes les classes sociales contribue à faire de "la jeunesse" une catégorie d'âge spécifique.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/École : une massification spectaculaire mais inachevée ( n°378 )