Etienne Bonnot de Condillac : des sensations à la valeur

Gilles Dostaler
Alternatives Economiques Poche n° 057 - octobre 2012

Condillac fait de la satisfaction des besoins le fondement de la valeur des choses. Opposé aux physiocrates parce qu'il affirmait la productivité de toutes les activités et non seulement de l'agriculture, il était néanmoins favorable, comme eux, à l'instauration de politiques libérales.

On se souvient moins aujourd'hui de Condillac que de ses amis Voltaire, Diderot, Rousseau et d'Alembert.
Ces derniers avaient la plus grande estime pour cet abbé familier des salons qui n'aurait célébré qu'une messe dans sa vie.
Au milieu des années 1750, cet homme plutôt timide et renfermé était adulé et célèbre.
L'attaque frontale qu'il avait lancée, dans son Traité des systèmes, contre la métaphysique spéculative de Descartes et de ses disciples en avait fait, d'une certaine manière, "le philosophe des philosophes" des Lumières.
Condillac ne suivait pas ces derniers dans leur croisade contre les pouvoirs temporel et spirituel de l'époque.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Etienne Bonnot de Condillac : des sensations à la valeur ( n°057 )