Facs : répression policière

Céline Mouzon
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Le Snesup-FSU et la CGT dénoncent la répression policière dont sont victimes les étudiants et personnels de l'université mobilisés contre la loi sur l'orientation et la réussite des étudiants et la plate-forme Parcoursup. A coups de gaz lacrymogènes et matraques, les forces de l'ordre sont en effet intervenues à de nombreuses reprises depuis mars, à Bordeaux, Nantes, Grenoble, Paris (Tolbiac), Montpellier, Lyon, Nanterre,…soit sur décision de justice, soit à la demande des présidents d'université. "La fréquence et la violence de ces interventions sont inédites", note le Snesup-FSU. Celui-ci pointe également le recours par les universités à des sociétés privées de sécurité qui accomplissent parfois des missions de maintien de l'ordre (contrôles d'identité) alors qu'elles n'en ont pas l'autorisation.

Par ailleurs, les enseignants précaires sollicités par la ministre de l'Enseignement supérieur pour "débloquer les facs" dénoncent les contrats signés avec retard et les salaires versés des mois après. Sous le mot d'ordre "Paye tes vacations !", le collectif lillois des précaires de l'enseignement supérieur et de la recherche invite les collègues concernés à formuler un recours gracieux contre leur administration, avant un recours en justice.

En savoir plus

Snesup-FSU : https://bit.ly/2rKNN7d
"Paye tes vacations !" : https://bit.ly/2INaTDN

Céline Mouzon
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018
Articles/Facs : répression policière ( n°380 )