Grand ménage dans les accords sur le temps de travail

Sabine Germain
Alternatives Economiques n° 370 - juillet 2017

Les entreprises n'ont attendu ni la loi travail de 2016 ni les ordonnances en préparation pour revenir sur les accords sur le temps de travail négociés au début des années 2000.

Ils ont dit non à 71 %.
Appelés fin mars à se prononcer sur un projet d'avenant à l'accord "temps de travail" de RTE (Réseau de transport d'électricité), les salariés de la direction "Maintenance" ont massivement rejeté la nouvelle organisation des "chantiers à délais contraints" proposée par la filiale d'EDF : élargissement de la tranche horaire d'intervention, réduction du délai de prévenance (ramené de sept jours à un seul) ou encore possibilité donnée aux managers de "désigner les salariés qui devront intervenir sur le chantier, avec remise d'un ordre de travail" s'il n'y a pas suffisamment de volontaires.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Grand ménage dans les accords sur le temps de travail ( n°370 )