Histoire de la pensée économique


À lire également
couverture
L'histoire de la pensée économique

L’économie cherche à comprendre la façon dont fonctionnent nos sociétés, les ressorts qui expliquent leur dynamique : c’est son côté analytique. Mais elle vise aussi à définir les règles qu’il conviendrait de suivre pour que ces sociétés deviennent plus efficaces et/ou plus justes : c’est son côté normatif. Or, d’un économiste à l’autre, les cadres analytiques peuvent différer, les propositions normatives plus encore. D’où des écoles de pensée qu’il convient de connaître. Les livres ci-dessous peuvent vous y aider.

Histoire des idées économiques, Jean Boncoeur et Hervé Thouément (*)

Histoire des doctrines économiques, Charles Gide et Charles Rist (*)

Déchiffrer les grands auteurs de l’économie et de la sociologie, Denis Clerc, 2 tomes, éd. La Découverte, 1997 et 1999 (*)

Contrairement aux autres titres proposés, celui-ci s’attache non à des écoles de pensée mais à des auteurs, en nombre limité, sélectionnés pour l’importance de leur apport (et de leur descendance) intellectuels. Chaque auteur est replacé dans son contexte, et des extraits de texte illustrent la problématique dominante qui fait qu’ils sont encore actuels.

La pensée économique, Mark Blaug (**)

Histoire de l’analyse économique, Joseph-Aloys Schumpeter (***)

La pensée économique depuis Keynes, Michel Beaud et Gilles Dostaler (**)

Nouvelle histoire de la pensée économique, Alain Béraud et Gilbert Faccarello (dir.) (***)

Dictionnaire des grandes œuvres économiques, Xavier Greffe, Jérôme Lallement et Michel De Vroey (dir.) (***)

Textes fondateurs en sciences économiques depuis 1970, Maya Bacache-Beauvallet, Marc Montoussé, éd. Bréal, 2003 (**)

Une perle : la traduction française (texte le plus souvent intégral) d’articles fondateurs des nouvelles analyses économiques qui, depuis 1970 et l’effondrement de la « synthèse keynésienne », ont permis de redonner un coup de jeune à l’analyse économique et aux économistes. Des plus libéraux – Becker et son analyse économique du mariage ou Kydland et Prescott et leur analyse des « cycles réels » - jusqu’aux plus iconoclastes – Romer et la croissance endogène -, an passant par Krugman et la nouvelle géographie économique ou North et l’analyse historique des institutions, leurs textes sont enfin accessibles au lecteur de base, et c’est un bonheur. Mais à réserver à ceux qui sont suffisamment frottés d’économie pour ne pas être obligé d’avoir un dictionnaire à portée de mains pour comprendre ce qui demeure malgré tout un jargon.

La pensée économique moderne, Brian Snowdon, Howard Vage et Peter Wynarczik (***)

L’économie en perspective, John Kenneth Galbraith (*)


Articles/Histoire de la pensée économique ( n°025 )