Hors des concours, point de salut ?

Entretien avec Annabelle Allouch*, sociologue, maîtresse de conférences à l'université de Picardie
Propos recueillis par Naïri Nahapétian
Alternatives Economiques n° 373 - novembre 2017

De l'école à la téléréalité, les concours sont partout. C'est pourtant une façon injuste de mesurer le mérite individuel.

Que recouvre l'extension du domaine du concours que vous évoquez dans votre livre La société du concours ?
En m'inspirant de la pensée d'un chercheur comme Bernard Lahire, j'analyse avant tout cette forme scolaire qui consiste à sélectionner les individus en mettant en scène les conditions de l'égalité, que ce soit dans de grandes salles d'examen où se trouvent identiquement alignées des tables et des chaises, ou face à un jury.
Cette mise en scène se retrouve désormais aussi bien à Polytechnique que quand on allume la télévision dans une émission comme Nouvelle Star,The Voice ou Top Chef.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Hors des concours, point de salut ? ( n°373 )