La Chine ne veut plus être la poubelle du monde

Olivier Guichardaz
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

La décision chinoise de restreindre ses importations de certains déchets perturbe tout le commerce des matières premières.

La Chine l'a annoncé en juillet dernier : à partir de 2018, elle va interdire l'importation sur son sol de plusieurs sortes de déchets, en particulier les papiers-cartons et les plastiques mélangés, non lavés ou non triés, ainsi que certains déchets métalliques.
Objectif affiché : améliorer la qualité des matières recyclables qu'elle achète à des fins de transformation.
Dès la décision connue, de nombreux acteurs de l'économie mondiale ont réagi, relayés par la presse économique.
En France, la Fédération des entreprises du recyclage, Federec, a fait part de sa préoccupation.
Au niveau européen, Euric, la Confédération des industries du recyclage européen, également.
Le Bureau international du recyclage (BIR) lui a emboîté le pas.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La Chine ne veut plus être la poubelle du monde ( n°375 )