Le retour de la bête noire

Yann Mens
Alternatives Economiques n° 380 - juin 2018

Confronté à la chute du peso, le président argentin a décidé de demander l'aide du FMI, que ses compatriotes honnissent depuis la crise de 2001.

Il fallait oser : le 8 mai dernier, Mauricio Macri a appelé au secours la bête noire de ses compatriotes, le Fonds monétaire international (FMI), pour sortir le pays de l'ornière.
En Argentine, l'institution dirigée par Christine Lagarde a laissé d'exécrables souvenirs.
Beaucoup de citoyens lui attribuent la responsabilité de la terrible crise de 2001 (forte dévaluation du peso, défaut sur la dette, chômage de masse, paupérisation des classes moyennes…).
La situation est moins tragique aujourd'hui.
Mais début mai, le peso a dégringolé face au dollar.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le retour de la bête noire ( n°380 )