Terminale ES > Les thèmes du programme > 7

Comment rendre compte de la mobilité sociale ?


Notions : mobilité intergénérationnelle, mobilité intra-générationnelle, mobilité observée, fluidité sociale, déclassement, capital culturel, paradoxe d’Anderson.

Acquis de Première : groupe d’appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social.

 

Ce thème invite à s'approprier le concept de mobilité sociale, un concept central des analyses sociologiques qui nécessite une bonne compréhension de ses différentes significations et des outils statistiques spécifiques qui lui sont associés, en particulier la maîtrise des tables de mobilité sociale. Ce n’est que dans un deuxième temps que l'on peut tirer des constats de ces tables, en termes de mobilité ou d’hérédité sociale, et rechercher les explications de ces constats. La sélection d’articles proposée ici est logiquement consacrée essentiellement à dégager des constats récents sur la société française et à en chercher les explications. Mais on y trouvera aussi souvent des rappels méthodologiques utiles.

intro
note
Facile
notenote
Moyen
notenotenote
Difficile
notenotenotenote
Très difficile
Une école faite pour les élites

Cet article fait le point sur les enseignements de la dernière enquête internationale de l’OCDE (PISA) sur la comparaison des performances des différents systèmes éducatifs dans les pays développés. Au delà de la marge d’incertitudes statistiques, il en ressort un portrait préoccupant de l’école en France, notamment du point de vue des inégalités sociales et de leur reproduction. Le fossé se creuse en effet entre deux groupes : les meilleurs élèves les plus choyés d’un côté et les « laissés pour compte » de l’école d’autre part, notamment pour la compréhension de l’écrit. Et ces constats n’ont guère provoqué de changements politiques importants jusqu’à présent.

L'école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

L’école est, en théorie, un puissant facteur de mobilité sociale dans un pays qui se veut méritocratique comme la France. Les diplômes devraient donner accès aux meilleures positions sociales, même si celles-ci sont devenues plus rares depuis les années 1990. Or dans cet article, Louis Maurin détaille les raisons pour lesquelles l’école ne joue pas ou joue très mal son rôle. Il insiste tout particulièrement sur la qualité de l’environnement familial, qui avantage ceux qui bénéficient de l’aide aux devoirs et à l’orientation, des meilleurs carnets d’adresses et du meilleur environnement en matière de logement. L’école, enfin, est accusée de ne pas sortir de la sélection par l’échec pour venir en aide à ceux qui en auraient le plus besoin.

Ecole: un système très inégalitaire

Un entretien avec deux spécialistes de la sociologie de l’éducation, François Dubet et Marie Duru-Bellat, qui livrent un bilan largement négatif de la situation actuelle de l’école en France.

Pour eux la société attend de son école qu’elle résolve l’ensemble de ses problèmes. Pourtant l’école française s’avère plus inégalitaire que la société française elle-même. Elle est chargée d’attribuer les positions sociales, ce qui ne peut qu’accroître la compétition scolaire et donc les inégalités qui en résultent. De même la massification des diplômes, qui aurait pu réduire les inégalités, s’est heurtée à une augmentation moins rapide des postes de niveau correspondant. Et si le taux de réussite au bac augmente, la sélection tend à se faire par d’autres biais (âge au bac, mention, série…). Tout le système est destiné à dégager une super-élite incarnée par les étudiants des grandes écoles. La pédagogie est donc ciblée sur les meilleurs élèves, délaissant ceux qui éprouvent des difficultés. Et les politiques de discrimination positive en faveur des élèves les plus méritants des quartiers difficiles aggrave en réalité la situation de tous ceux qui ne sont pas sélectionnés.

Les deux sociologues estiment donc qu’il faudrait renforcer les moyens offerts à l'école primaire et au collège (l’échec à ces niveaux est souvent irrémédiable), et convaincre les catégories aisées des avantages de la mixité sociale, mais aussi de la qualité de l’offre de l’enseignement professionnel.

L'ascenseur social est-il en panne ?

Un article qui vous permettra de vérifier votre bonne maîtrise des définitions de la mobilité, mais aussi de disposer d’éléments de comparaisons internationales sur ces questions.

Ces comparaisons montrent un ralentissement de la mobilité sociale en France mais aussi aux Etats-Unis, contrairement à la situation plus favorable des pays scandinaves. L’auteur insiste aussi sur les nombreuses précautions méthodologiques à prendre pour mesurer la mobilité et l’égalité des chances. Les enquêtes successives de l’Insee montrent toutefois une tendance au ralentissement de la mobilité sociale ascendante, probablement due à une croissance moins rapide des places offertes dans les catégories sociales supérieures. Mais il faut prendre en compte des différences entre générations, les 30-34 ans étant aujourd’hui freinés dans leurs espoirs d’ascension sociale par rapport à la génération de leurs parents.

Aux Etats-Unis, les chances, pour les enfants de milieux défavorisés, d’atteindre un niveau de revenus élevé sont beaucoup plus faibles que dans les pays scandinaves. Les causes de ces écarts entre pays peuvent être recherchées d’abord dans les systèmes de redistribution plus développés dans les pays nordiques et qui accroissent les chances de sortie de la pauvreté. Mais ils tiennent aussi largement aux possibilités de réussite scolaire. Or, si le capital culturel et le niveau de revenus des parents augmentent les chances de réussite des enfants, le système de sélection à l’entrée des universités américaines, par le capital économique et par le capital social, est particulièrement discriminant socialement.

Note : vous trouverez, au bas de l’article, un rappel des définitions importantes à maîtriser.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.
Alternatives Economiques/Actu