Italie : une embellie fragile

Jacques Adda
Alternatives Economiques n° 377 - mars 2018

La croissance de la péninsule redémarre, grâce aux exportations notamment. Mais la dynamique reste précaire.

A la veille des élections législatives du 4 mars, l'économie italienne va mieux, tout le monde en convient.
Soutenue par les largesses de la Banque centrale européenne (BCE), la faiblesse de l'euro après 2014, le desserrement des contraintes budgétaires et un environnement international plus porteur, elle se redresse.
Modestement, certes : après 1,6 % en 2017, la croissance devrait atteindre 1,5 % en 2018, contre 2,1 % dans la zone euro, selon l'OCDE et la Commission européenne.
Mais au terme d'une décennie perdue, le changement est perceptible.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Italie : une embellie fragile ( n°377 )