Joan Robinson, rebelle à toutes les orthodoxies

Gilles Dostaler
Alternatives Economiques Poche n° 057 - octobre 2012

Disciple de Keynes, Joan Robinson a apporté une contribution majeure à la théorie économique. Son statut de femme et son franc-parler l'ont cependant empêchée d'être reconnue comme elle le méritait.

Autant dans sa vie privée que dans son écriture et son enseignement, Joan Robinson était une non-conformiste.
Elle ne craignait pas la controverse et s'est mise à dos aussi bien les marxistes que les keynésiens et les néoclassiques.
Elle aimait s'adresser à des auditoires hostiles et c'était un plaisir de l'entendre anéantir ses détracteurs avec un humour cinglant.
L'importance et le statut de son interlocuteur ne la gênaient d'aucune manière.
L'année 1975 ayant été proclamée Année de la femme, on s'attendait à ce que Joan Robinson reçoive le prix de la Banque de Suède en mémoire de Nobel.
Ce ne fut pas le cas.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Joan Robinson, rebelle à toutes les orthodoxies ( n°057 )