L'effet Pigou (ou effet de richesse)


Alternatives Economiques Poche n° 031 - novembre 2007

Ami et concurrent de Keynes, Arthur Cecil Pigou (1877-1959), professeur à Cambridge (où il avait succédé à Alfred Marshall à la prestigieuse chaire d'économie de Cambridge que lorgnait également Keynes) a désespérément tenté de défendre l'orthodoxie néoclassique dans les années 40, alors même que la révolution keynésienne balayait tout sur son passage.
L'effet qui porte son nom fait partie de ces tentatives.
Il part d'une hypothèse: admettons que l'ensemble des prix baisse, ce qu'on appelle la déflation.
Keynes expliquait que si cette baisse était une bonne nouvelle pour chaque individu, il n'en était pas de même pour l'économie dans son ensemble (ou macroéconomie).

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/L'effet Pigou (ou effet de richesse) ( n°031 )