L'Italie, maillon faible de l'Europe

Guillaume Duval
Alternatives Economiques n° 376 - février 2018

Des élections législatives se tiendront le 4 mars prochain en Italie et il semble probable que la majorité actuelle de centre gauche les perdra.
Il faut dire que le pays traverse, depuis plus de vingt ans maintenant, une grave crise économique et sociale.
Contrairement à la Grèce ou à l'Espagne, l'Italie n'avait pas tiré profit de la phase d'expansion qui avait précédé, au début des années 2000, la crise de la zone euro.
La structure industrielle du pays, dominée par des PME, n'avait pas résisté à l'irruption de la Chine dans la mondialisation.
Résultat : un chômage élevé, en particulier chez les jeunes.
Ses banques sont aussi les plus fragiles d'Europe, avec encore 196 milliards d'euros de crédits irrécouvrables dans leurs comptes au troisième trimestre 2017.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/L'Italie, maillon faible de l'Europe ( n°376 )