L'ordolibéralisme, un compromis allemand

Henrik Uterwedde, directeur adjoint de l'institut franco-allemand de Ludwigsbourg
Alternatives Internationales n° 054 - mars 2012

Entre le " laisser-faire, laisser-passer " et l'économie planifiée et rationnée, il existe une troisième voie, pensée pendant la crise des années 1930 : l'ordolibéralisme. Sous l'influence de l'Allemagne, l'Union européenne s'est construite autour de cette doctrine. Mais a-t-elle encore un sens, aujourd'hui ?

Comment expliquer l'inflexibilité d'Angela Merkel dans la crise monétaire actuelle ?
Le nom d'un responsable, surgi de l'histoire, apparaît régulièrement sous la plume des commentateurs : l'ordolibéralisme.
Pourtant, entre cette doctrine, née il y a 80 ans outre-Rhin, et la politique allemande d'aujourd'hui, il y a un long chemin.
La doctrine ordolibérale naît, dans les années 1930, d'un double refus : celui du collectivisme soviétique et de la planification étatiste du régime national-socialiste d'une part, celui du capitalisme du " laisser-faire " d'autre part.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/L'ordolibéralisme, un compromis allemand ( n°054 )