La Chine à l'heure du thé bio

Pierre Johnson, Expert développement durable de filières agricoles
Alternatives Economiques n° 377 - mars 2018

Au départ produit d'exportation, le thé bio a désormais la faveur des consommateurs chinois. Qui se réservent les meilleures qualités.

Dans l'empire du Milieu, la culture millénaire du thé, qui avait décliné sous Mao, a repris depuis l'ouverture économique initiée par Deng Xiao Ping en 1979.
Et elle est aujourd'hui florissante.
De jeunes théiers (30 à 40 ans) déploient de nouveau leurs rondeurs sur des terrasses et des flancs de montagnes occupés pendant une bonne partie du XXe siècle par des cultures alimentaires.
Les producteurs visent la qualité, répondant aux aspirations des classes aisées et moyennes montantes et renouant avec un héritage culturel extrêmement riche.
Ainsi, contrairement à ses concurrents indien, sri lankais ou kenyan, le thé chinois est presque toujours cueilli manuellement, avec une attention particulière portée à sa transformation.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La Chine à l'heure du thé bio ( n°377 )