La faute à la demande ou à l'offre ?


Alternatives Economiques Poche n° 031 - novembre 2007

Dans les années sombres des grandes dépressions (1873, 1932), le chômage a touché le quart de la population active dans les pays les plus industrialisés.
Or, mis à part les marxistes et quelques originaux comme Charles Gide, le silence des économistes était assourdissant.
Dans l'analyse néoclassique alors très dominante, la seule explication était que les candidats à l'emploi (ou les syndicats) avaient des prétentions excessives, dépassant leur apport productif.
Car, si tel n'était pas le cas, comment expliquer que des employeurs laissent passer des candidats dont l'emploi leur rapporterait davantage qu'il ne leur coûterait: quel passant, voyant un billet de banque traîner sur le trottoir, ne se baisserait pas pour le ramasser?
Inconcevable!

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La faute à la demande ou à l'offre ? ( n°031 )