La France est-elle vraiment sortie d'affaire ?


Alternatives Economiques n° 374 - décembre 2017

Nombre de clignotants sont au vert pour l'économie française, mais des points noirs subsistent, signe d'une fragilité encore très grande.

  • Pourquoi l'activité est repartie

    Au troisième trimestre 2017, le produit intérieur brut (PIB) de l'économie française se situait 2,2 % au-dessus de son niveau à la même époque en 2016. Un taux de croissance qui n'avait plus été atteint depuis 2011. La hausse du PIB pose certes des problèmes sérieux en matière environnementale, mais elle n'en conditionne pas moins aussi la capacité d'une économie à distribuer des revenus décents et à créer des emplois nombreux. Est-ce vraiment la bonne cette fois pour la sortie de crise de l'économie hexagonale ? ...

  • Les entreprises vont mieux

    La crise de 2008-2009 avait ramené le taux de marge des entreprises (c'est-à-dire la part de la valeur ajoutée qui leur reste pour investir, payer des intérêts à leurs créanciers et distribuer des dividendes à leurs actionnaires) à un niveau inférieur à 30 %. Un seuil qui n'avait plus été crevé depuis 1985. L'un des objectifs principaux de François Hollande avec le crédit d'impôt compétitivité-emploi (Cice) et le pacte de responsabilité consistait à rétablir ces profits. ...

  • L'emploi progresse, mais sa qualité se dégrade

    L'amélioration de la situation économique se voit surtout du côté des créations d'emplois : plus de 300 000 postes supplémentaires en un an, à la mi-2017, un niveau inédit depuis 2007, avant la crise. Et il s'agit à plus de 90 % d'emplois créés dans le secteur privé. Cette dynamique semble cependant avoir connu un coup d'arrêt au troisième trimestre, entraînant une légère hausse du taux de chômage. ...

  • Les comptes extérieurs ne se redressent pas

    Parmi les principaux points noirs persistants, on trouve le commerce extérieur. L'un des objectifs centraux de François Hollande, suite au rapport remis par Louis Gallois en 2012, était d'améliorer la compétitivité de l'économie française. Sur ce terrain, l'échec est pour l'instant complet. ...

  • L'endettement s'accroît

    Enfin, dernier point noir : la reprise de l'économie française se fait au prix d'un endettement croissant. C'est vrai tout d'abord sur le plan de la dette publique, sur laquelle on se focalise en général. La hausse du ratio dette publique sur PIB ralentit certes fortement, mais la France n'est pas encore entrée dans une phase de recul, comme c'est désormais le cas en moyenne dans la zone euro. Mais là où la situation française est surtout particulière, c'est dans le domaine de l'endettement privé. ...


Alternatives Economiques n° 374 - décembre 2017
Articles/La France est-elle vraiment sortie d'affaire ? ( n°374 )