La révolte oubliée des insurgés de Kidal

Pierre Boilley, chercheur au Centre d'études des mondes africains de l'Université Paris I-Panthéon-Sorbonne
Alternatives Internationales n° 059 - juin 2013

Quand, au lendemain de la décolonisation, des Touareg ont exprimé leur volonté d'autonomie dans le nord du pays, l'État malien les a sauvagement réprimés. Un souvenir qui alimente le ressentiment des combattants d'aujourd'hui.

Le 17 janvier 2012, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) attaquait la ville de Ménaka, premier événement d'une nouvelle rébellion au nord du Mali, qui début avril coupait de facto le pays en deux parties.
On connaît les épisodes qui ont suivi, et qui ont occasionné l'intervention de la France à partir de janvier 2013 avec l'opération Serval.
En revanche, on ne sait souvent pas que cette nouvelle rébellion se veut l'héritière d'une révolte oubliée, celle que les Touareg de la région de Kidal ont menée contre l'État malien dès l'indépendance, en 1963-1964.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La révolte oubliée des insurgés de Kidal ( n°059 )