La tragédie des épluchures

Olivier Guichardaz
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

La France a renoncé au tri mécanique des déchets ménagers compostables au profit de leur collecte séparée. Une solution moins efficace et plus coûteuse.

Que faire de nos biodéchets ménagers : épluchures, déchets de préparation ou restes de repas, déchets de jardinage (branchages, tontes de pelouses, fleurs fanées…) ?
Vaut-il mieux les trier à la source, les collecter séparément, les trier mécaniquement ?
Et ensuite, doit-on en faire du méthane, du compost ou les deux l'un après l'autre ?
En France, les biodéchets représentent un tiers des ordures ménagères, soit en moyenne 126 kg par habitant et par an (soit au total, 8 Mt/an) [1].
S'y ajoutent les déchets de jardinage, dits "déchets verts", collectés en déchetteries : près de 60 kg/hab.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La tragédie des épluchures ( n°378 )