La trappe à pauvreté

Denis Clerc
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

Il ne fait pas bon passer à la trappe : non seulement vous êtes enfermé(e) dans un endroit en général sombre et insalubre dont vous ne pouvez sortir, mais en outre, comme plus personne ne vous voit, on oublie jusqu'à votre existence.
C'est, hélas, le sort de nombreux pauvres, devenus invisibles et souvent relégués dans des cités délaissées.
Les plus démunis d'entre eux font la manche, mais les passants agissent comme s'ils n'existaient pas et détournent le regard.
Même les économistes, dont on dit qu'ils n'ont pas de coeur et que seul l'argent compte pour eux, s'en émeuvent.
La preuve : sur un ton affligé, ils parlent de "trappe à pauvreté".
Sauf que ce n'est pas du tout par pitié ou par compassion qu'ils utilisent cette expression.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La trappe à pauvreté ( n°375 )