La zone euro accouche d'une réformette

Guillaume Duval
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

Les mesures proposées par la Commission pour approfondir l'Union économique et monétaire ne sont pas à la hauteur des enjeux.

La zone euro va mieux.
Au troisième trimestre 2017, son produit intérieur brut (PIB) s'était accru de 2,6 % par rapport à la même période de 2016, un record depuis 2011.
Et en octobre dernier, le chômage était revenu à 8,8 %, moins qu'en janvier 2009.
Alors, finie la crise ?
Pas vraiment.
Ce redémarrage tardif est dû avant tout au volontarisme de la Banque centrale européenne, qui soutient à bout de bras l'activité depuis 2012.
Mais ces mesures exceptionnelles ne pourront pas être maintenues éternellement.
Or, malgré cela, la zone euro dégage toujours des excédents extérieurs colossaux : 320 milliards d'euros par an, soit 3 % de son PIB.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/La zone euro accouche d'une réformette ( n°375 )