Le blues des doctorants

Thomas Lestavel
Alternatives Economiques n° 372 - octobre 2017

Faute de moyens suffisants dédiés à la recherche, beaucoup de doctorants galèrent pour financer leurs années de thèse et peinent ensuite à trouver un emploi stable en rapport avec leur doctorat.

Un environnement favorable aux chercheurs qui les aidera à atteindre leurs objectifs et à réaliser de grandes avancées scientifiques.
C'est en ces termes qu'Emmanuel Macron décrivait la France dans sa vidéo virale de début juin "Make our planet great again", où il proposait d'accueillir à bras ouverts les chercheurs étrangers suite au retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.
La réalité est pourtant bien moins glorieuse.
Pour s'en rendre compte, il suffit de se pencher sur le cas des doctorants : la grande majorité des 75 000 thésards que compte notre pays oscille plutôt entre frustration et colère.
Dans un contexte de maîtrise du déficit, les financements publics dédiés à la recherche se font rares.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le blues des doctorants ( n°372 )