Le Groenland attend la ruée vers le Nord

Alexiane Lerouge
Alternatives Economiques n° 374 - décembre 2017

Afin de financer sa future indépendance, le Groenland mise surtout sur ses ressources minières. Au plus grand profit des multinationales.

En toute saison, le village de Narsaq, au sud du Groenland, est cerné d'icebergs aux teintes variées de blanc et de bleu.
Ceux qui s'échouent sur ses côtes s'entassent toujours l'hiver, sous les aurores boréales, et fondent toujours l'été, sous un soleil de plomb.
Mais l'atmosphère du village n'est plus la même qu'il y a dix ans.
Parmi les cabanes de bois colorées qui le constituent, des dizaines sont condamnées par des planches de bois.
Autrefois florissant grâce à son industrie de la pêche, Narsaq a changé de visage en 2010 quand l'entreprise publique Royal Greenland a fermé l'usine de crevettes locale.
100 emplois ont été supprimés et la "perle du Groenland", huitième ville du pays, a commencé à se vider de sa population.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le Groenland attend la ruée vers le Nord ( n°374 )