Le long combat pour la représentation du personnel

Gérard Vindt
Alternatives Economiques n° 374 - décembre 2017

Donner une voix aux salariés au sein de l'entreprise fut un combat permanent tout au long du XXe siècle. Les récentes réformes fragilisent plutôt les acquis de ces luttes.

En France, la démocratie peine à franchir les portes des entreprises.
Il a fallu tout d'abord attendre 1884 pour que les syndicats soient autorisés.
A l'époque, seuls quelques patrons chrétiens sociaux ou, plus rares encore, d'inspiration socialiste (comme Jean-Baptiste Godin, à Guise), soucieux de s'attacher un noyau d'ouvriers, organisent une représentation du personnel, pour instaurer ce qu'on appelle aujourd'hui un "dialogue social".
Jusqu'en 1936 néanmoins, des canaux d'expression des travailleurs sont peu à peu élaborés au niveau national.
Patronat et gouvernement cherchent en effet alors à éteindre et prévenir les nombreux conflits sociaux qui émaillent la période.
Tout commence dans les mines, et plus spécifiquement dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité au travail.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le long combat pour la représentation du personnel ( n°374 )