Le Venezuela, une nation à l'agonie

Jacques Adda
Alternatives Economiques n° 378 - avril 2018

Le gouvernement de Nicolás Maduro a préféré priver sa population de produits de première nécessité plutôt que de renégocier la dette colossale de son pays.

Une population qui ne mange plus à sa faim, des hôpitaux remplis d'enfants souffrant de malnutrition, un salaire minimum tombé en dessous de 6 dollars au taux du marché noir - le seul endroit où les denrées de base peuvent encore être achetées -, une dette extérieure égale à cinq années d'exportations - plus que le Soudan ou l'Ethiopie -, plus de 100 000 personnes qui tentent chaque mois par tous les moyens de passer la frontière : comment une nation de 31 millions de personnes, dotée d'un sixième des réserves prouvées de pétrole à l'échelle de la planète, peut-elle s'enfoncer aussi inexorablement dans la dépression, le chaos social et le désespoir ?

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Le Venezuela, une nation à l'agonie ( n°378 )