Les critiques de la croissance et le développement durable


À lire également
couverture
Le développement durable
couverture
Décroissance ou développement durable ?

C’est le courant le plus récemment apparu sur la scène intellectuelle (à la fin des années 1960 essentiellement), puisant essentiellement son argumentaire dans le caractère insoutenable et destructeur de la croissance économique et, pour certains (Beaud, Latouche), dans la marchandisation universelle des sociétés, déjà dénoncée par Polanyi et le courant socio-économique.

L’économique et le vivant, René Passet (**)

Le basculement du monde, Michel Beaud (*)

Justice sans limites, Serge Latouche (*)

Le pari de la décroissance, Serge Latouche, éd. Fayard, 2006, (**)

La décroissance. Entropie, écologie, économie, Nicholas Georgescu-Roegen, éd. Le Sang de la Terre, 1995 (**)

Par le fondateur de la « bioéconomie » : toute activité humaine est créatrice d’entropie (on ne produit qu’en créant davantage de désordre ailleurs, par exemple en dispersant les molécules de minerai de fer). Le recyclage est donc une illusion sur le long terme. Ce qui devrait nous contraindre à ne pas toucher aux ressources naturelles non renouvelables et à ne pas utiliser plus d’énergie que la terre n’en reçoit.

Œuvres complètes, Ivan Illich, vol. 1, éd. Fayard, 2004 (*)

Montre que, passé un certain seuil, la technique et le « progrès » produisent l’inverse de l’objectif recherché. Les professionnels d’un secteur (médecins, enseignants, …) contribuent à déposséder les gens de leurs capacités d’action, tout en prétendant que c’est pour leur bien. Lire en particulier Energie et équité et La Némésis médicale inclus dans ce volume.

Effondrement, Jared Diamond, éd. Gallimard, 2006, (*)



Articles/Les critiques de la croissance et le développement durable ( n°025 )