Les faux ennemis de l'aluminium

Gérard Vindt, professeur d'histoire, spécialiste d'histoire économique et collaborateur régulier d'Alternatives Economiques
Alternatives Internationales Hors-série n° 011 - juillet 2012

Dès qu'on a su le produire en masse, l'aluminium est devenu l'apanage d'un oligopole d'une poignée d'entreprises industrielles, faussement concurrentes. Cette entente sur les prix et les stocks a résisté aux guerres du XXe siècle, mais pas à la mondialisation.

En 1886, le français Paul Heroult et l'américain Charles Martin Hall inventent, concomitamment, le moyen de produire de l'aluminium en grande quantité et à bas prix : par électrolyse.
C'est le début d'une grande saga industrielle.
L'aluminium, qui n'existe dans la nature que sous forme oxydée (l'alumine) dans un minerai découvert aux Baux de Provence (d'où son nom de bauxite), était jusqu'alors peu utilisé car cher à produire.
Vendu au tiers du prix de l'argent, on le considérait comme un métal précieux, voué à l'orfèvrerie.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Les faux ennemis de l'aluminium ( n°011 )