Madeleine Charru : le voir pour y croire

Antoine de Ravignan
Alternatives Economiques n° 375 - janvier 2018

Madeleine Charru dirige Solagro depuis vingt-cinq ans. Cette association expérimente des solutions concrètes pour démontrer que la transition écologique est possible.

Elle évoque le souvenir de son grand-père et de la maison familiale à Dijon.
Leur jardin immense, idyllique.
Le grand-père, employé municipal, y cultivait de la luzerne pour enrichir le sol et avoir de beaux légumes.
L'agroécologie avant l'heure.
Est-ce la brisure de voir détruit ce paradis de l'enfance, défoncé par le percement d'un boulevard, qui a forgé ses convictions écologistes ?
En tout cas, adolescente, Madeleine Charru rêve d'élever des chèvres (on est au milieu des années 1970) et entre en prépa agricole.
Son classement l'éloigne des caprins et elle intègre un cursus en agroalimentaire.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Madeleine Charru : le voir pour y croire ( n°375 )