Mondialisation : reflux ou mutation ?

Jacques Adda
Alternatives Economiques n° 372 - octobre 2017

Le marasme du commerce mondial révèle moins un processus de démondialisation qu'une transformation des processus internationaux de production, entraînée par l'explosion de l'économie digitale.

1.
Contrairement à la Grande Dépression des années 1930, la Grande Récession de 2007-2008 n'a pas entraîné un démantèlement du système des relations économiques internationales.
Elle a provoqué, en revanche, un coup d'arrêt de la mondialisation, et en particulier du processus antérieur d'intensification des flux de capitaux transnationaux, parfois qualifié d'hypermondialisation.
Ce processus était apparu dans les années 1990 à la suite de la double révolution provoquée par l'émergence d'Internet et l'extension de la logique de marché, des réseaux productifs et de la finance de marché (*) à la totalité de la planète.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Mondialisation : reflux ou mutation ? ( n°372 )