Ouibus en quête de rentabilité

Justin Delépine
Alternatives Economiques n° 373 - novembre 2017

A l'image des autres entreprises de "cars Macron", Ouibus, filiale de la SNCF, est dans le rouge depuis sa création. Et risque d'y rester encore longtemps.

130 millions de déficit cumulé depuis 2013.
Ouibus, la filiale de la SNCF pour le transport longue distance en autocar, a publié cet été ses comptes.
Résultat : 45 millions d'euros de pertes sur 2016, soit autant que son chiffre d'affaires.
Le secteur avait déjà déçu par son maigre bilan sur le front des créations d'emplois.
C'est aujourd'hui l'absence de rentabilité qui suscite de l'inquiétude.
Le transport longue distance en autocar n'emploie en effet que 2 100 personnes, selon l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer).
Alors qu'Emmanuel Macron, à l'origine de la déréglementation, affirmait en 2015 que cette nouvelle activité pouvait en créer 22 000.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Ouibus en quête de rentabilité ( n°373 )