Pas de droit du travail pour les détenus

Anne Fairise
Alternatives Economiques n° 379 - mai 2018

Le travail en prison est encadré a minima et contrevient aux règles pénitentiaires européennes. Il ne semble pourtant pas près d'évoluer.

Alors qu'il présentait sa réforme pénale à Agen, en mars dernier, Emmanuel Macron a affirmé : "Je souhaite que le droit du travail, en étant adapté à la réalité et aux contraintes de la prison, puisse s'appliquer aux détenus.
Le chef de l'Etat a proposé de supprimer "l'acte unilatéral" qui existe en guise de contrat de travail en prison, pour adopter "un lien contractuel avec des garanties", plus proche du droit du travail "classique".
Cette déclaration - la première d'un chef de l'Etat sur le droit du travail en prison - n'est pas passée inaperçue.
Depuis 2000, deux commissions d'enquête parlementaire sur les prisons ont posé que, sans respect des droits fondamentaux au travail [1], le travail en détention ne peut être un outil de réinsertion.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Pas de droit du travail pour les détenus ( n°379 )