Pourquoi les start-up françaises ont du mal à grandir

Marc Mousli
Alternatives Economiques n° 372 - octobre 2017

Les entreprises innovantes ont besoin de beaucoup d'argent frais pour se développer, mais elles peinent à en trouver en France.

Lorsqu'un patron de PME a besoin d'argent frais pour investir, il s'adresse deux fois sur trois à sa banque.
Le premier critère du banquier, qui doit se prononcer sur le dossier, est le risque : l'entreprise présente-t-elle des garanties suffisantes et peut-on faire confiance à l'entrepreneur ?
Pour une start-up, synonyme de risque maximal, tenter de recourir au crédit bancaire serait donc une perte de temps et d'énergie.
Oussama Ammar, cofondateur de The Family, qui accompagne des start-up depuis cinq ans, explique aux candidats à la création qu'il reçoit pour la première fois : "Mon travail est d'aider les gens à échouer le plus rapidement possible.
Si de temps en temps ça marche, c'est bien" [1].

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Pourquoi les start-up françaises ont du mal à grandir ( n°372 )