Qatar : un mal pour un bien ?

Yann Mens
Alternatives Economiques n° 370 - juillet 2017

En fermant leurs frontières avec l'émirat, ses voisins le poussent à diversifier davantage son économie.

Le Qatar est petit, mais est-il puissant ?
L'émirat possède un fonds souverain dont le capital s'élève à plus de 300 milliards de dollars.
Et ses eaux territoriales recèlent les troisièmes réserves prouvées de gaz conventionnel de la planète, derrière l'Iran (avec lequel il partage cet immense gisement) et la Russie.
Ce sont ses principaux atouts économiques dans la crise qui l'oppose à certains de ses voisins.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Qatar : un mal pour un bien ? ( n°370 )