Quand l'impôt avait du crédit auprès des riches américains

Romain Huret, historien des États-Unis, membre de l'Institut universitaire de France
Alternatives Internationales n° 057 - décembre 2012

Pourquoi aujourd'hui, nombre de millionnaires américains ont les poils qui se hérissent à la moindre évocation du mot "impôt" alors qu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les grandes fortunes jugeaient normal, voire moral, d'être taxées à 91 % ? Un problème plus idéologique qu'économique.

Au regard de l'histoire des États-Unis, François Hollande apparaît comme un petit joueur des tranches fiscales.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le taux marginal supérieur d'imposition atteint 91 % pour les plus fortunés outre-Atlantique.
Vous avez bien lu : 91 % !
Jusqu'aux années 1970 pourtant, et la crise économique, aucune révolte des riches contribuables, aucun roucoulement de pigeons ne furent à déplorer.
Comment expliquer un tel consentement à l'impôt fédéral ?

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Quand l'impôt avait du crédit auprès des riches américains ( n°057 )