Tchernobyl : le déni français

Sabine Cessou
Alternatives Internationales n° 026 - juillet 2005

Au lendemain de Tchernobyl, le 26 avril 1986, l'ex-URSS n'eut de cesse de minimiser l'ampleur du drame. Selon l'ONU, 4 millions de personnes y ont été irradiées. Parmi les autres pays touchés par le nuage radioactif, seule la France n'a pris aucune mesure.

Le 26 avril 1986, l'un des quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, explose.
Un panache de fumée s'élève à 1000 mètres dans le ciel.
Alors que les débris lourds retombent autour de la centrale, des gaz chargés en radioactivité sont poussés à travers l'Europe par un vent de nord-ouest.
Sur place, des mesures sont prises dans la précipitation.
Envoyés pour déblayer et enterrer les décombres, 600000 "liquidateurs", ouvriers, pompiers et soldats, sont fortement irradiés.
Les 45000 habitants de la petite ville de Pripyat, à 3 km de la centrale, sont évacués le 27 avril.
Dans les semaines qui suivent, 90000 autres personnes sont déplacées et relogées, dans un rayon de 30 km autour de la centrale, déclaré "zone d'exclusion".

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Tchernobyl : le déni français ( n°026 )