Transition énergétique : la France et l'Allemagne doivent coopérer

Dimitri Pescia, associé d'Agora Energiewende et Nicolas Berghmans, chercheur Climat Energie, Iddri
Alternatives Economiques n° 379 - mai 2018

Si Paris s'engageait à réduire (vraiment) son nucléaire, Berlin pourrait accélérer sa sortie du charbon.

On oppose souvent frontalement les modèles énergétiques français et allemand.
Pourtant, au-delà des divergences sur le nucléaire, les enjeux pour ces deux pays présentent de nombreuses similitudes.
Dans le secteur électrique, le défi des deux côtés du Rhin est celui d'articuler la montée en puissance des énergies renouvelables, dont les coûts ont fortement baissé, et l'évolution des parcs de production conventionnelle.
En Allemagne, cela signifie préparer la fin de la production d'électricité à charbon fortement émettrice de CO2.
Dans l'Hexagone, clarifier l'évolution du parc nucléaire.

graphique
Accès réservé
  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :
    > Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.

  • Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant :
    > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

  • Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, mais pas abonné à Alternatives Economiques :
    > pour accéder à ce site, je m'abonne à Alternatives Economiques.

Articles/Transition énergétique : la France et l'Allemagne doivent coopérer ( n°379 )